top of page

Avez-vous une imagination débordante pour écrire des histoires ?

D'où vient mon imagination débordante ? C'est une question que l'on me pose très régulièrement.


J'aime répondre que je voyage continuellement de ce monde réel vers les mondes imaginaires au quotidien. J'ai trouvé la clé de la porte qui mène d'un pays à l'autre et je peux désormais m'y rendre quotidiennement. A moins que j'utilise de la poudre magique ou quelques formules secrètes !

Parfois, je grimpe sur le dos de mon ami le dragon, ou j'emprunte une montgolfière. Certains jours, je préfère creuser un tunnel entre deux feuilles de mon ficus ! Car oui, il n'existe pas qu'un seul accès vers les pays imaginaires.


Et c'est justement parce-que je m'autorise ainsi à voyager que j'ai élargi les frontières du monde des possibles, partant en exploration régulièrement dans des contrées inexplorées , découvrant de nouvelles créatures, paysages, rencontrant de nouveaux personnages... ce monde imaginaire est immense et offre une multitude possibilités d'histoires !


Nous échangions la semaine dernière, lors d'un challenge en ligne que nous avons animé avec mon amie Sandrine sur le syndrome de la page blanche. J'ai reconnu que je ne connaissais pas ce problème. Lorsque j'écris, je suis le fil de mes pensées, mes aventures aux pays imaginaires. Ecrire est devenu une seconde nature que j'ai apprivoisé au cours des années.




Pour débloquer l'imaginaire des personnes que j'accompagne dans le process de l'écriture, j'ai ouvert les portes de mon laboratoire imaginaire, un lieu un peu magique qui permet de créer des histoires tout en s'amusant. A chaque fois que l'on dévoile un élément de l'histoire, cela créer un nouveau chemin à prendre qui va mener le héros ou l'héroïne de l'histoire dans une nouvelle direction à laquelle parfois on n'avait pas pensé ! Le laboratoire est là pour débloquer cet imaginaire, le temps que le muscle de l'imagination s'entraîne à créer sans fin !

Quelle histoire pourriez-vous écrire si elle se déroulait dans les neiges glacées du grand nord ? J'aime personnellement me mettre des contraintes lorsque j'écris des histoires, apprendre à les dépasser me permet de reculer mes limites. C'est un très bon exercice !




Et pourtant, lorsque j'avais 11 ans, sur une de mes rédactions au collège, j'ai eu comme commentaire "manque d'imagination". C'est pourquoi, il est important de ne pas s'arrêter aux critiques, réflexions des autres lorsque l'on crée. Ce sont très souvent, des freins, des blocages qui peuvent empêcher de se lancer. Oser l'imaginaire prendre les commandes est pour moi très important lorsque j'écris.


C'est pourquoi je souhaite vous poser cette question : avez-vous une imagination débordante lorsque vous écrivez ou écoutez-vous plus les voix critiques qui vous empêchent d'y accéder ? C'est un choix à poser : oser écrire en plongeant totalement dans l'imaginaire. Sauf, si bien sûr vous souhaitez écrire un livre plus pratique sur la comptabilité !


J'aime répéter que l'imaginaire est un muscle qui se travaille et personnellement, j'aime beaucoup jouer sur ce sujet, relever des défis que je m'invente... C'est très utile en écriture, mais également dans son quotidien. Par exemple, comment apprendre à débloquer des problèmes grâce à de nouveaux points de vue, imaginer de nouvelles solutions. L'imagination, c'est le monde en dehors du mental, de la raison; C'est le monde de l'innovation, du tout est possible.

Alors n'hésitez pas à partir à la découverte....





bottom of page